Présentation : La politique de prévention du risque inondation

La politique de prévention du risque inondation vise d’abord à réduire les conséquences des dommages potentiels en amont.

Cette politique, menée par le SMMAR à l’échelle du bassin versant du fleuve Aude, depuis sa création en 2002, s’appuie sur les 7 piliers de la prévention, complémentaires, qui sont :

  • La connaissance des aléas et des enjeux.
  • La surveillance, la prévision, la vigilance et l’alerte.
  • L’éducation et l’information préventive des citoyens.
  • La maîtrise de l’urbanisation et du bâti par la réglementation et les plans de prévention des risques.
  • La réduction de la vulnérabilité.
  • La protection.
  • La préparation aux situations d’urgence.

Cette politique s’adapte et s’enrichit en luttant contre l’oubli et en analysant les crises passées : la mémoire et le retour d’expérience et en anticipant les crises futures, l’adaptation aux risques et au changement climatique.

Enfin, la sécurité des ouvrages de protection et des ouvrages hydrauliques, dont la défaillance peut entraîner des sur-dangers, est un complément indispensable de la politique de prévention des risques naturels.

PAPI 1 : 2006-2013 – Bilan de sept ans d’actions concertées

Le PAPI Aude n°1, avec un montant de 80 millions d’euros, a été le plus important du Languedoc-Roussillon et son bilan est extrêmement satisfaisant puisqu’avec 450 dossiers programmés en sept ans, la totalité de l’enveloppe financière est engagée.

Actions les plus significatives :

  • Près de 4 000 kilomètres de berges restaurées sur les affluents de l’Aude (ripisylve).
  • 30 habitations délocalisées.
  • 5 ouvrages de rétention (Cavanac/Palaja, Rustiques, Badens, Fabrezan, Villeneuve-Minervois).
  • Construction des digues de Cuxac d’Aude et Sallèles-d’Aude (en cours).
  • Les ouvrages en remblai des Basses plaines de l’Aude confortés par VNF (Voies Navigables de France) et RFF (Réseau Ferré de France).
  • Plus de 200 PPRI approuvés ou prescrits.
  • 240 PCS réalisés (Plan Communaux de Sauvegarde).
  • 151 repères de crues posés… et de nombreuses autres actions de sensibilisation à destination des scolaires, du grand public et des élus…

Programme d’Actions de Prévention des Inondations (PAPI 1)

Document téléchargeable.

Télécharger

PAPI 2 : 2015-2020

Après le bilan très positif du premier Plan d’Action et de Prévention des Inondations (PAPI 1), le SMMAR et ses syndicats adhérents poursuivent leurs actions avec un nouveau programme pour la période 2015-2020. Accentuant la dynamique, le PAPI 2 vise à traiter le risque inondation de manière globale, à travers des actions combinant gestion de l’aléa (réhabilitation des zones d’expansion des crues, ralentissement  dynamique, ouvrages de protection…) et réduction de la vulnérabilité des personnes, des biens et des territoires. Il s’applique sur l’ensemble du périmètre du SMMAR c’est-à-dire l’ensemble des bassins versants de l’Aude, de la Berre et du Rieu. Ce nouveau plan prend en compte la création de la compétence GEMAPI (Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations) mais aussi le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE), la Directive Cadre Eau (DCE) et la Directive Cadre Inondations (DCI).

Le PAPI 2 est financé par l’Europe, l’État, l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse, la Région Languedoc-Roussillon, le Département de l’Aude et les maîtres d’ouvrages que sont les syndicats de bassins.

PAPI 2
Période : 2015-2020
Enveloppe : 30 millions d’€
Validation par la CMI le 12 février 2015
Signature : 27 octobre 2015

En résumé

Le Plan d’Actions de Prévention des Inondations 2 :
  • Résulte des retours d’expériences des crues de 1999, 2005 / 2006, 2011, 2014.
  • Bénéficie d’une méthode de mise en œuvre partenariale (Europe, État, Région, Département) sous le pilotage du SMMAR qui a démontré son efficacité avec le PAPI 1 (80 M€ programmés, 100­ % engagés).
  • Intègre la réforme de Gestion des Milieux Aquatiques et la Prévention des Inondations (GEMAPI) en matière de compétences et de structuration.
  • Met l’accent sur la concertation : intégration du risque dans les documents d’urbanisme, réduction de vulnérabilité…

 

Menu